Ronan et moi avons visité l’Ecosse, par la rivière Spey, puis en faisant une boucle le long des grands lacs, avant de prendre le ferryboat à Kennacraig tôt le matin, pour les Hébrides du sud. Un jour, en pleine après-midi, un lac a disparu dans l’œil du brouillard, appauvrissant tout le paysage. Michaël V. Dandrieux (novembre 2011)
Une contribution de Ronan MacDubhghaill
Photographies de Michaël V. Dandrieux
Dans presque toutes les villes du monde, tard le vendredi soir ou tôt le samedi matin, si d’aventure vous passez devant un pub irlandais, vous ne pourrez qu’être frappé par les affoulements effrénés qui ont lieu à l’intérieur. Les deux principales exportations de l’île d’émeraude, si l’on omet sa population, sont certainement la noirceur de sa bière et celle de sa langue, en poésie, en chanson et en prose ; et la combinaison de ces deux éléments s’avère une bonne recette d’excès. Etant donné les représentations qui dominent, l’on serait pardonné de croire que les irlandais se résument à une joyeuse bande d’ivrognes écumant les bars de la planète. Sous cette forme bruyante de convivialité, derrière cet excès, l’on trouve le résidu de quelque chose d’autre : une tristesse certaine.
plus