Une contribution de Michel Maffesoli
Photographies de Michaël V. Dandrieux
Les tribus postmodernes font désormais partie du paysage urbain. Ne sont-elles pas l’expression de la figure du barbare qui, régulièrement, revient afin de féconder un corps social quelque peu alangui ? Elles montrent que le propre de l’homme dans les sociétés postmodernes ne se résume point au cognitif, au rationnel, mais est bien une “complexio oppositorum” que l’on pourrait traduire par un assemblage, un tissage de choses opposées. C’est tout cela qu’il convient de savoir voir dans l’effervescence tribale contemporaine.Un tel immanentisme aboutit ainsi à une véritable transfiguration du politique.
plus