Une contribution de Manuel Bello Marcano
L’espace urbain est le refuge poétique de nos passions. Saturée de corps, la ville concentre des désirs. Le temps des villes se diffuse dans la potentielle multidimensionnalité de chaque espace-récit qui la compose. Les histoires qui font partie de son quotidien respirent par les pores d’une structure libidinale. Ces espaces organisent des normes socialement partagées, permettant à deux ou plusieurs acteurs de participer à un acte complexe de dépendance. Il y a là un processus de répétition intérieure qui déclenche des sentiments. Intime, le milieu de l’être urbain active des zones érogènes de la ville.
plus