.gc-sentinel { position: relative; -moz-border-radius: 2px; border-radius: 2px; margin:50px; position: relative; background:#f9f9f9; font-family:"HelveticaNeue", helvetica, arial, "Lucida Grande", Geneva, Verdana, sans-serif; -webkit-box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); -moz-box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); display: table; } .gc-sentinel:after { position:absolute; top:10px; right:10px; content:"×"; color:rgba(0, 0, 0, 0.2); cursor:pointer; } .gc-sentinel:after:hover { color:rgba(0, 0, 0, 1); } .gc-sentinel dfn { border-bottom:1px dotted #999999; font-style:normal; } .gc-sentinel dfn:hover { color:#FFFFFF; } /* Flag */ .gc-sentinel-flag { width:60px; height:140px; display: table-cell; margin:0 40px 0 0; background:#000; padding:10px; color:#fff; text-align:center; position:relative; } .gc-sentinel-flag:before{ position:absolute; top:50%; left:50%; color:#fff; width:50px; height:50px; background:rgba(0, 0, 0, 0.2); margin:-25px 0 0 -25px; border-radius:50%; font-size:30px; line-height:50px; font-weight:bold; } /* Colours */ .gc-sentinel-flag.ok { background:#01B255; color:#01B255; } .gc-sentinel-flag.debug { background:#1B44B2; color:#1B44B2; } .gc-sentinel-flag.notice { background:#FFD059; color:#FFD059; } .gc-sentinel-flag.warning, .gc-sentinel-flag.strict { color:#FFD500; } .gc-sentinel-flag.parse { background:#FFD059; color:#FFD059; } .gc-sentinel-flag.parse:after { content:"?" } .gc-sentinel-flag.error { background:#FF1A02; color:#FF1A02; } .gc-sentinel-flag.error:after { content:"!" } /* Lines */ .gc-sentinel-title { font-size:16px; padding:30px 30px 10px 30px; font-weight:bold; } .gc-sentinel-descr { padding:0 30px 30px 30px; font-size:12px; white-space:pre-wrap; margin:0; } .gc-sentinel-descr pre { white-space:pre-wrap; color:#999; margin: 10px 0 0 0px; padding: 5px 0 5px 10px; border-left:1px solid #ccc }
Notice
  • What went wrong : Undefined variable: withdate
  • file : /home/ceaqsorb/lescahiers/www/cei/content/people/people.html.php
  • line : 5
  • ">
    Aurélien Fouillet est sociologue de l’imaginaire. Il est l’auteur de l’Empire Ludique. Comment le monde devient (enfin) un jeu (Bourin Éditions, Paris 2014) et travaille actuellement sur son prochain ouvrage et à la coordination de la Tête qui manque.

    Aurélien a publié dans Les Cahiers

    • cei5_aurelienfouillet

      Actéon et ses chiens

      Le mythe du bain de Diane, qui raconte comment le chasseur Actéon surprit la déesse au cours de sa toilette, témoigne des dimensions érotique et sociétale de la chasse. Puissance de liaison ambivalente de cette activité ancestrale : Actéon transformé en cerf finira dévoré par ses chiens qui ne le reconnaissent plus. La venaison est une invitation à la cuisine et aux repas de fêtes, même si les chasseurs se camouflent toujours pour ressembler aux gibiers qu’ils trompent. La déesse aurait-elle abandonnée ses bois ? Puis, la table : perdreaux au lard et aux choux, faisans en cocotte, bécasses à la broche, sauce au lièvre, pigeons à la royale, autant de goûts et d’odeurs qui se mêlent aux conversations et aux échanges des banquets dominicaux. Socialité silencieuse propre aux activités telluriques, la chasse révèle ces imaginaires duels des prédateurs crépusculaires, hommes et bêtes, mangeant et mangés.

    • cei4_aurelienfouillet

      Nietzsche : amours cruelles

      “Celui qui réussit encore à entendre (mais de nos jours on n’a plus d’oreilles pour cela !) dans cette nuit de martyre et d’absurdité retentir le cri amour, le cri du ravissement enflammé de désir, le cri de la rédemption par l’amour, celui-là se détourne, saisi d’une épouvante insurmontable…”, F. W. Nietzche (1887), “La faute, la mauvaise conscience”, Seconde dissertation, La généalogie de la morale, Paris 1996 : 105-106.

    • cei3_michaelvdandrieux-aurelienfouillet

      Les arts divinatoires de l'abbé Migne

      En 1846, dans le quatorzième arrondissement de Paris (où subsista, malgré l’incendie de 1863 dont les causes sont inconnues, les Ateliers Catholiques du Petit Montrouge), l’Abbé Migne publia son dictionnaire des idées superstitieuses, qui est un répertoire universel des êtres, des livres, des faits et des choses qui tiennent aux apparitions, aux divinations, à la magie, au commerce de l’enfer, aux démons, aux sorciers, aux sciences occultes, aux grimoires, à la cabale, aux esprits élémentaires, au grand œuvre, aux prodiges, aux erreurs, aux préjugés, aux impostures, aux arts des bohémiens, aux superstitions diverses, aux contes populaires, aux pronostics et généralement à toutes les fausses croyances merveilleuses, surprenantes, mystérieuses ou surnaturelles.

    • cei3_aurelienfouillet-philippefranceschi-alexendreprouveze

      Mythos ex machina, où il est question de Prométhée, Faust et Frankenstein

      “Votre électricité est plus forte que ma volonté, docteur !”, John Doe. L'homme n3est pas auto-suffisant, il lui faut puiser des ressources d'énergie dans le monde environnant et imaginer dans leur ensemble les mouvements d'expansion explosive à la surface du globe. Le mythe est l'hôte de cette imagination. C3est un puissant courant magnétique qui passe à travers le corps et qui restitue aux cellules leurs charges électriques. Dès lors, l'exploration mythique se confond à celle du monde. De quoi sentir que la réalité extérieure l'est beaucoup moins qu3il n3y paraît : séries de figures symboliques inachevées, métaphores incomplètes, Prométhée, Faust, Batman et Frankenstein sont des panoplies du cerveau humain, des puzzles dont la forme varie en fonction de nos désirs. Assemblons-les.

    • Luxus Ludens

      Johan Huizinga (1872-1945) est le premier à nous interpeller sur la dimension culturelle fondamentale du jeu. L'homo ludens dépassant la condition de l'homo faber, tout autant que celle de l'homo sapiens. Il nous met en garde contre une erreur courante : "Dans le jeu joue un élément indépendant de l'instinct immédiat de la conservation, et qui prête à l'action un sens". Autrement dit, le jeu est superabundans. Son existence affirme radicalement l'agencement particulier du présent dans l'ordre du monde. "Les animaux peuvent jouer : ils sont donc déjà plus que des mécanismes. Nous jouons, et nous sommes conscients de jouer : nous sommes donc plus que des êtres raisonnables, car le jeu est irrationnel".

    La nuit

    Selon la mythologie nordique, la fin des temps viendra quand Fenrir détruira le soleil. Nos civilisations redoutent la fin de leurs lumières : chaque nuit est une menace d’éternité, disait Bachelard. Mais elles prospèrent aussi en elles. Tout « entre chien et loup » est un refuge pour les espèces sauvages, les barbares et les anomiques. Un moment de grandes permissions, de dépenses, d’excès et de licences de vivre. La nuit sait accueillir. Sociologues, anthropologues, écrivains, photographes, illustrateurs, peintres, clubbers, poètes, couche-tards, dormeurs, rêveurs, graffeurs, cataphiles, midnight snackers, somnambules, portes-lanternes ajoutent leur encre aux pages encore blanches du 10e numéro des Cahiers européens de l’imaginaire. Levez vos couvre-feu !