.gc-sentinel { position: relative; -moz-border-radius: 2px; border-radius: 2px; margin:50px; position: relative; background:#f9f9f9; font-family:"HelveticaNeue", helvetica, arial, "Lucida Grande", Geneva, Verdana, sans-serif; -webkit-box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); -moz-box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); display: table; } .gc-sentinel:after { position:absolute; top:10px; right:10px; content:"×"; color:rgba(0, 0, 0, 0.2); cursor:pointer; } .gc-sentinel:after:hover { color:rgba(0, 0, 0, 1); } .gc-sentinel dfn { border-bottom:1px dotted #999999; font-style:normal; } .gc-sentinel dfn:hover { color:#FFFFFF; } /* Flag */ .gc-sentinel-flag { width:60px; height:140px; display: table-cell; margin:0 40px 0 0; background:#000; padding:10px; color:#fff; text-align:center; position:relative; } .gc-sentinel-flag:before{ position:absolute; top:50%; left:50%; color:#fff; width:50px; height:50px; background:rgba(0, 0, 0, 0.2); margin:-25px 0 0 -25px; border-radius:50%; font-size:30px; line-height:50px; font-weight:bold; } /* Colours */ .gc-sentinel-flag.ok { background:#01B255; color:#01B255; } .gc-sentinel-flag.debug { background:#1B44B2; color:#1B44B2; } .gc-sentinel-flag.notice { background:#FFD059; color:#FFD059; } .gc-sentinel-flag.warning, .gc-sentinel-flag.strict { color:#FFD500; } .gc-sentinel-flag.parse { background:#FFD059; color:#FFD059; } .gc-sentinel-flag.parse:after { content:"?" } .gc-sentinel-flag.error { background:#FF1A02; color:#FF1A02; } .gc-sentinel-flag.error:after { content:"!" } /* Lines */ .gc-sentinel-title { font-size:16px; padding:30px 30px 10px 30px; font-weight:bold; } .gc-sentinel-descr { padding:0 30px 30px 30px; font-size:12px; white-space:pre-wrap; margin:0; } .gc-sentinel-descr pre { white-space:pre-wrap; color:#999; margin: 10px 0 0 0px; padding: 5px 0 5px 10px; border-left:1px solid #ccc }
Notice
  • What went wrong : Undefined variable: withdate
  • file : /home/ceaqsorb/lescahiers/www/cei/content/people/people.html.php
  • line : 5
  • ">
    Cécile Ehrhart est une fugitive alsacienne qui a été aperçue dans de nombreuses parties du globe. Corrompue dès l’enfance par la multitudedes langues, son intérêt s’est tout naturellement porté vers l’étude de celles-ci, et des cultures qu’elles abritent. Esprit vagabond et curieux, elle ne s’effraie ni devant les petites têtes dures qui apprennent les rudiments d’une langue ni devant la page blanche qui accueille sa fine plume traductrice.

    Cecile a traduit pour Les Cahiers

    • cei4_ronanmacdubhghaill

      Le désastre et la patrie

      De juillet 2010 à juillet 2011, Rónán MacDubhghaill vit à Sendai, au japon. Le 11 mars 2011, il est au centre du Tohoku DaiShinsai, le Grand Tremblement de terre de la région de Tohoku. Il participe à la recherche des disparus, place des croix noires sur les voitures où des corps ont été retrouvés, tous les jours on lui annonce les niveaux de radioactivité des zones alentours. De retour en Europe, il raconte les mécanismes de solidarité officiels et spontanés qui ont animé le japon entier.

    • cei4_zygmuntbauman

      De l'éternité de l'amour virtuel

      Love+ est un jeu destiné aux hommes qui n3arrivent pas à entretenir une relation avec une femme. Vrai, l'amour d'un humain pour un autre humain implique un engagement, une prise de risques, des sacrifices. Il peut aller de paire avec le bonheur mais très rarement avec le confort et la commodité ; jamais avec les attentes, encore moins avec les certitudes. Le but ultime de la technologie est-il de proposer une alternative à notre monde naturel, indifférent à nos désirs, fait d'ouragans, d'adversité et de coeurs brisés : mettre à notre portée un monde virtuel où l'amour serait éternel ?

    La nuit

    Selon la mythologie nordique, la fin des temps viendra quand Fenrir détruira le soleil. Nos civilisations redoutent la fin de leurs lumières : chaque nuit est une menace d’éternité, disait Bachelard. Mais elles prospèrent aussi en elles. Tout « entre chien et loup » est un refuge pour les espèces sauvages, les barbares et les anomiques. Un moment de grandes permissions, de dépenses, d’excès et de licences de vivre. La nuit sait accueillir. Sociologues, anthropologues, écrivains, photographes, illustrateurs, peintres, clubbers, poètes, couche-tards, dormeurs, rêveurs, graffeurs, cataphiles, midnight snackers, somnambules, portes-lanternes ajoutent leur encre aux pages encore blanches du 10e numéro des Cahiers européens de l’imaginaire. Levez vos couvre-feu !