.gc-sentinel { position: relative; -moz-border-radius: 2px; border-radius: 2px; margin:50px; position: relative; background:#f9f9f9; font-family:"HelveticaNeue", helvetica, arial, "Lucida Grande", Geneva, Verdana, sans-serif; -webkit-box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); -moz-box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); display: table; } .gc-sentinel:after { position:absolute; top:10px; right:10px; content:"×"; color:rgba(0, 0, 0, 0.2); cursor:pointer; } .gc-sentinel:after:hover { color:rgba(0, 0, 0, 1); } .gc-sentinel dfn { border-bottom:1px dotted #999999; font-style:normal; } .gc-sentinel dfn:hover { color:#FFFFFF; } /* Flag */ .gc-sentinel-flag { width:60px; height:140px; display: table-cell; margin:0 40px 0 0; background:#000; padding:10px; color:#fff; text-align:center; position:relative; } .gc-sentinel-flag:before{ position:absolute; top:50%; left:50%; color:#fff; width:50px; height:50px; background:rgba(0, 0, 0, 0.2); margin:-25px 0 0 -25px; border-radius:50%; font-size:30px; line-height:50px; font-weight:bold; } /* Colours */ .gc-sentinel-flag.ok { background:#01B255; color:#01B255; } .gc-sentinel-flag.debug { background:#1B44B2; color:#1B44B2; } .gc-sentinel-flag.notice { background:#FFD059; color:#FFD059; } .gc-sentinel-flag.warning, .gc-sentinel-flag.strict { color:#FFD500; } .gc-sentinel-flag.parse { background:#FFD059; color:#FFD059; } .gc-sentinel-flag.parse:after { content:"?" } .gc-sentinel-flag.error { background:#FF1A02; color:#FF1A02; } .gc-sentinel-flag.error:after { content:"!" } /* Lines */ .gc-sentinel-title { font-size:16px; padding:30px 30px 10px 30px; font-weight:bold; } .gc-sentinel-descr { padding:0 30px 30px 30px; font-size:12px; white-space:pre-wrap; margin:0; } .gc-sentinel-descr pre { white-space:pre-wrap; color:#999; margin: 10px 0 0 0px; padding: 5px 0 5px 10px; border-left:1px solid #ccc }
Notice
  • What went wrong : Undefined variable: withdate
  • file : /home/ceaqsorb/lescahiers/www/cei/content/people/people.html.php
  • line : 5
  • ">
    Née en France et passionnée du Brésil où elle réside depuis 1949, Danielle est Professeur retraitée associée au Département d'Anthropologie et d'Études Muséales de l'Université Fédérale de Pernambouc à Recife. Elle a préparé son doctorat d’État à l'Université de Grenoble sous la direction de Gilbert Durand, et un post-doctorat à l'Université Paris Descartes, sous la direction de Michel Maffesoli. Militante de l'approche par l'imaginaire ? Sans aucun doute puisque c’est la seule approche, à son avis, qui permet d’aborder l’ « autre » avec respect. Elle a publié, entre autres _Introduction à la théorie de l'imaginaire de Gilbert Durand_ (Rio de Janeiro 2005), _Rythmes de l'Imaginaire_ (Recife 2005) et les [Annales des Cycles d’Études sur l'Imaginaire (16 volumes) de 1976 à 2013](http://www.yle-seti-imaginario.org/home/artigo/Anais-dos-Ciclos-de-Estudo/36).

    Danielle a publié dans Les Cahiers

    • Eu quero morrer aqui, nessas ladeiras que sempre subi

      Roger Bastide – que j’ai rencontré en 1973 à Chambéry lors des cycles d’études organisés par Gilbert Durand – disait qu’au Brésil il suffisait d’enfoncer le doigt dans la terre pour que jaillisse l’imaginaire. Peut-être même qu’entre les pavés des rues en pente de la ville d’Olinda, emmêlé à l’herbe luxuriante qui y pousse, il jaillit de sa propre initiative. Ceci est quotidien, mais il explose vraiment pendant le carnaval, s’exprimant dans la multiplicité des formes, des mouvements, des couleurs, des sons, qui y serpentent jour et nuit pendant quinze jours. C’est dans ce cadre que s’expriment nombre de diversités : ethniques, sexuelles, politiques, artistiques, entre autres. Diversités mythiques qui, dans ces rues, trouvent d’innombrables occasions de se montrer et de dialoguer. C’est la fête dans toutes ses dimensions.

    La nuit

    Selon la mythologie nordique, la fin des temps viendra quand Fenrir détruira le soleil. Nos civilisations redoutent la fin de leurs lumières : chaque nuit est une menace d’éternité, disait Bachelard. Mais elles prospèrent aussi en elles. Tout « entre chien et loup » est un refuge pour les espèces sauvages, les barbares et les anomiques. Un moment de grandes permissions, de dépenses, d’excès et de licences de vivre. La nuit sait accueillir. Sociologues, anthropologues, écrivains, photographes, illustrateurs, peintres, clubbers, poètes, couche-tards, dormeurs, rêveurs, graffeurs, cataphiles, midnight snackers, somnambules, portes-lanternes ajoutent leur encre aux pages encore blanches du 10e numéro des Cahiers européens de l’imaginaire. Levez vos couvre-feu !