.gc-sentinel { position: relative; -moz-border-radius: 2px; border-radius: 2px; margin:50px; position: relative; background:#f9f9f9; font-family:"HelveticaNeue", helvetica, arial, "Lucida Grande", Geneva, Verdana, sans-serif; -webkit-box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); -moz-box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); display: table; } .gc-sentinel:after { position:absolute; top:10px; right:10px; content:"×"; color:rgba(0, 0, 0, 0.2); cursor:pointer; } .gc-sentinel:after:hover { color:rgba(0, 0, 0, 1); } .gc-sentinel dfn { border-bottom:1px dotted #999999; font-style:normal; } .gc-sentinel dfn:hover { color:#FFFFFF; } /* Flag */ .gc-sentinel-flag { width:60px; height:140px; display: table-cell; margin:0 40px 0 0; background:#000; padding:10px; color:#fff; text-align:center; position:relative; } .gc-sentinel-flag:before{ position:absolute; top:50%; left:50%; color:#fff; width:50px; height:50px; background:rgba(0, 0, 0, 0.2); margin:-25px 0 0 -25px; border-radius:50%; font-size:30px; line-height:50px; font-weight:bold; } /* Colours */ .gc-sentinel-flag.ok { background:#01B255; color:#01B255; } .gc-sentinel-flag.debug { background:#1B44B2; color:#1B44B2; } .gc-sentinel-flag.notice { background:#FFD059; color:#FFD059; } .gc-sentinel-flag.warning, .gc-sentinel-flag.strict { color:#FFD500; } .gc-sentinel-flag.parse { background:#FFD059; color:#FFD059; } .gc-sentinel-flag.parse:after { content:"?" } .gc-sentinel-flag.error { background:#FF1A02; color:#FF1A02; } .gc-sentinel-flag.error:after { content:"!" } /* Lines */ .gc-sentinel-title { font-size:16px; padding:30px 30px 10px 30px; font-weight:bold; } .gc-sentinel-descr { padding:0 30px 30px 30px; font-size:12px; white-space:pre-wrap; margin:0; } .gc-sentinel-descr pre { white-space:pre-wrap; color:#999; margin: 10px 0 0 0px; padding: 5px 0 5px 10px; border-left:1px solid #ccc }
Notice
  • What went wrong : Undefined variable: withdate
  • file : /home/ceaqsorb/lescahiers/www/cei/content/people/people.html.php
  • line : 5
  • ">
    Jean-Marie Steinlein a pris sa machine à remonter le temps et recherché depuis une trentaine d'années les fêtes masquées des coins les plus reculés d'Europe, de la Bulgarie à l'Écosse, de la Pologne au Portugal, loin des carnavals médiatisés. Il a notamment exposé en à Venise, à Florence, Ulm, Mayence et Karlsruhe, à Zagred, Belgrade, Ljubljana, Binche et à Paris au Centre Pompidou.

    Jean-Marie a publié dans Les Cahiers

    • cei1_jeanmariesteinlein

      Le croque-mitaine

      Personnages terrifiants et cornus, rencontrés au cœur de l’hiver en Europe, ces croque-mitaines font leur apparition à des époques bien précises du calendrier. Dans la nuit du 5 au 6 décembre, lorsqu’ils accompagnent Saint-Nicolas ; pendant les douze jours qui séparent Noël de l'Epiphanie, lorsque l'année vieillie rajeunit à travers les mascarades et les rites d'inversion du quotidien ; enfin, durant le cycle plus connu de carnaval. Partout, la ritualisation du même cycle saisonnier, quand les Diables se joignent aux porteurs de crèches au nord de la Roumanie ; quand la mort guette sa proie, prête à couper une tête de sa faux en Pologne ; quand les masques animaliers bulgares confectionnés en grand secret sont "révélés" lors des grands rythmes organisateurs de la vie rurale. Partout cette même peur venue du fond des âges se décline de diverses manières, mais les masques véhiculent les mêmes pulsions. Leurs formes sont multiples. Ils peuvent dissimuler, métamorphoser ou terrifier.

    La nuit

    Selon la mythologie nordique, la fin des temps viendra quand Fenrir détruira le soleil. Nos civilisations redoutent la fin de leurs lumières : chaque nuit est une menace d’éternité, disait Bachelard. Mais elles prospèrent aussi en elles. Tout « entre chien et loup » est un refuge pour les espèces sauvages, les barbares et les anomiques. Un moment de grandes permissions, de dépenses, d’excès et de licences de vivre. La nuit sait accueillir. Sociologues, anthropologues, écrivains, photographes, illustrateurs, peintres, clubbers, poètes, couche-tards, dormeurs, rêveurs, graffeurs, cataphiles, midnight snackers, somnambules, portes-lanternes ajoutent leur encre aux pages encore blanches du 10e numéro des Cahiers européens de l’imaginaire. Levez vos couvre-feu !