.gc-sentinel { position: relative; -moz-border-radius: 2px; border-radius: 2px; margin:50px; position: relative; background:#f9f9f9; font-family:"HelveticaNeue", helvetica, arial, "Lucida Grande", Geneva, Verdana, sans-serif; -webkit-box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); -moz-box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); display: table; } .gc-sentinel:after { position:absolute; top:10px; right:10px; content:"×"; color:rgba(0, 0, 0, 0.2); cursor:pointer; } .gc-sentinel:after:hover { color:rgba(0, 0, 0, 1); } .gc-sentinel dfn { border-bottom:1px dotted #999999; font-style:normal; } .gc-sentinel dfn:hover { color:#FFFFFF; } /* Flag */ .gc-sentinel-flag { width:60px; height:140px; display: table-cell; margin:0 40px 0 0; background:#000; padding:10px; color:#fff; text-align:center; position:relative; } .gc-sentinel-flag:before{ position:absolute; top:50%; left:50%; color:#fff; width:50px; height:50px; background:rgba(0, 0, 0, 0.2); margin:-25px 0 0 -25px; border-radius:50%; font-size:30px; line-height:50px; font-weight:bold; } /* Colours */ .gc-sentinel-flag.ok { background:#01B255; color:#01B255; } .gc-sentinel-flag.debug { background:#1B44B2; color:#1B44B2; } .gc-sentinel-flag.notice { background:#FFD059; color:#FFD059; } .gc-sentinel-flag.warning, .gc-sentinel-flag.strict { color:#FFD500; } .gc-sentinel-flag.parse { background:#FFD059; color:#FFD059; } .gc-sentinel-flag.parse:after { content:"?" } .gc-sentinel-flag.error { background:#FF1A02; color:#FF1A02; } .gc-sentinel-flag.error:after { content:"!" } /* Lines */ .gc-sentinel-title { font-size:16px; padding:30px 30px 10px 30px; font-weight:bold; } .gc-sentinel-descr { padding:0 30px 30px 30px; font-size:12px; white-space:pre-wrap; margin:0; } .gc-sentinel-descr pre { white-space:pre-wrap; color:#999; margin: 10px 0 0 0px; padding: 5px 0 5px 10px; border-left:1px solid #ccc }
Notice
  • What went wrong : Undefined variable: withdate
  • file : /home/ceaqsorb/lescahiers/www/cei/content/people/people.html.php
  • line : 5
  • ">
    Juremir Machado da Silva, docteur en Sociologie de l’Université Paris Descartes Sorbonne, écrivain, journaliste et traducteur, est chercheur au Centre National de Recherche Scientifique du Brésil, coordinateur du programme de Master et Doctorat en communication de la Pontificale Université Catholique de Porto Alegre (Brésil) et auteur de trois livres publiés en France : Brésil, pays duprésent (Paris 1999), Les Technologies del´imaginaire (Paris 2009) et En Patagonieavec Michel Houellebecq (Paris 2011).

    Juremir a publié dans Les Cahiers

    • À l’aube d’un temps et à la lumière d’un autre

      Il y a encore des hommes qui marchent dans la rue. Malgré l’intermédiation des moyens de communication, elle demeure un lieu de contact et d’échange. Petit essai photographique sur une époque en transition.

    • cei4_juremirmachadodasilva

      Le cœur de Michel Houellebecq

      Michel Houellebecq est devenu une affaire littéraire mondiale : il vend beaucoup, génère des discussions, de l'amour, de la haine et même des procès. Tous ses livres sont imprégnés de la révolte face au “sacré”. Sa prose est hautement trompeuse. Elle paraît simple. Mais ne l'est pas. Son art est empreint de beaucoup de simulation. Il croit à l'amour. Il voit dans la relation amoureuse, évidemment sans attache au moralisme, le principal facteur de création du lien social. Ses livres, cependant, questionnent une sorte d'impossibilité objective de réalisation de ce lien par la force dl'une logique culturelle excluante.

    • La magie technologique d'Avatar

      Cet article examine une hypothèse littéraire construite par l'écrivain Paul Auster comme explication probable de l'impact ou de la consistance narrative de certains films. Prenant comme exemple le film Avatar, l'objectif est de réfléchir sur le rôle d'une « théorie », comme simulation de la vérité au sein d'une œuvre, dans la relation d'un produit symbolique avec l'imaginaire du public. Est examiné en particulier l'utilisation de la technologie pour transformer l'inanimé en animé et les objets en condamnés magiques de l'expression de sentiments et de messages complexes.

    • cei1_juremirmachadodasilva

      Imaginaires barbares

      La diffusion à profusion de textes, de critiques, d’essais philosophiques, d’œuvres artistiques ou encore d’images publicitaires, dans la société postmoderne et hyper-spectaculaire, a contribué à la saturation des formes de communication et au façonnement d’une société activement contemplative. L’obscène, le pervers, l’orgiaque, le dyonysiaque, le retour aux sens entendu comme triomphe de la vie, ces formes mis en scènes dans la "société médiacre", signent alors le retour des imaginaires barbares.

    La nuit

    Selon la mythologie nordique, la fin des temps viendra quand Fenrir détruira le soleil. Nos civilisations redoutent la fin de leurs lumières : chaque nuit est une menace d’éternité, disait Bachelard. Mais elles prospèrent aussi en elles. Tout « entre chien et loup » est un refuge pour les espèces sauvages, les barbares et les anomiques. Un moment de grandes permissions, de dépenses, d’excès et de licences de vivre. La nuit sait accueillir. Sociologues, anthropologues, écrivains, photographes, illustrateurs, peintres, clubbers, poètes, couche-tards, dormeurs, rêveurs, graffeurs, cataphiles, midnight snackers, somnambules, portes-lanternes ajoutent leur encre aux pages encore blanches du 10e numéro des Cahiers européens de l’imaginaire. Levez vos couvre-feu !