.gc-sentinel { position: relative; -moz-border-radius: 2px; border-radius: 2px; margin:50px; position: relative; background:#f9f9f9; font-family:"HelveticaNeue", helvetica, arial, "Lucida Grande", Geneva, Verdana, sans-serif; -webkit-box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); -moz-box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); display: table; } .gc-sentinel:after { position:absolute; top:10px; right:10px; content:"×"; color:rgba(0, 0, 0, 0.2); cursor:pointer; } .gc-sentinel:after:hover { color:rgba(0, 0, 0, 1); } .gc-sentinel dfn { border-bottom:1px dotted #999999; font-style:normal; } .gc-sentinel dfn:hover { color:#FFFFFF; } /* Flag */ .gc-sentinel-flag { width:60px; height:140px; display: table-cell; margin:0 40px 0 0; background:#000; padding:10px; color:#fff; text-align:center; position:relative; } .gc-sentinel-flag:before{ position:absolute; top:50%; left:50%; color:#fff; width:50px; height:50px; background:rgba(0, 0, 0, 0.2); margin:-25px 0 0 -25px; border-radius:50%; font-size:30px; line-height:50px; font-weight:bold; } /* Colours */ .gc-sentinel-flag.ok { background:#01B255; color:#01B255; } .gc-sentinel-flag.debug { background:#1B44B2; color:#1B44B2; } .gc-sentinel-flag.notice { background:#FFD059; color:#FFD059; } .gc-sentinel-flag.warning, .gc-sentinel-flag.strict { color:#FFD500; } .gc-sentinel-flag.parse { background:#FFD059; color:#FFD059; } .gc-sentinel-flag.parse:after { content:"?" } .gc-sentinel-flag.error { background:#FF1A02; color:#FF1A02; } .gc-sentinel-flag.error:after { content:"!" } /* Lines */ .gc-sentinel-title { font-size:16px; padding:30px 30px 10px 30px; font-weight:bold; } .gc-sentinel-descr { padding:0 30px 30px 30px; font-size:12px; white-space:pre-wrap; margin:0; } .gc-sentinel-descr pre { white-space:pre-wrap; color:#999; margin: 10px 0 0 0px; padding: 5px 0 5px 10px; border-left:1px solid #ccc }
Notice
  • What went wrong : Undefined variable: withdate
  • file : /home/ceaqsorb/lescahiers/www/cei/content/people/people.html.php
  • line : 5
  • ">
    Marianne Celka est Docteure en sociologie de l'université Paul-Valéry de Montpellier et chercheure à l'IRSA-CRI. Elle a réalisé une thèse sur l'animalisme (antispécisme et veganisme) et les formes sociales, multiples et complexes, qu'épousent les relations homme-animal. Elle s’intéresse également aux métamorphoses de ce qui définit l'humain – entre l'animal et la chose – dans la culture populaire.

    Marianne a publié dans Les Cahiers

    • cei6_mariannecelka

      Moutons électriques

      Le changement le plus important de notre époque consiste en un glissement subreptice du
      vivant vers la réification et inversement de la machine vers l’animé. À travers cette intuition de
      Philip K. Dick, il est possible d’apprivoiser la nature du fake comme s’il en était un stigmate.

    • cei4_mariannecelka-bertrandvidal

      L'animal dans l'assiette et sous la couette

      L’amour de l’animal est ancestral et éternel. La liste de manières de l’exprimer est sans fin : l’animal est adopté, choyé, habillé, relâché, libéré, sauvegardé, filmé, photographié ; il mange avec nous, il dort au pied du lit, on le caresse, on le soigne, on lui parle. Plus encore, paradoxalement, nous aimons le manger. Nous aimons aussi qu’il devienne, de manière tout à fait occasionnelle ou alors durablement, notre amant. Ces deux dernières façons d’aimer l’animal, cette altérité fascinante, sont au coeur et à la fois révèlent l’essence de notre contemporanéité.

    • cei3_mariannecelka

      Zootechnie et magie : la “vache à hublot”

      Derrière chaque grand “tour de magie” se cache une technique qui sort de l’ordinaire, une innovation spectaculaire qui émerveille tout un chacun. Les hommes en société développent et nourrissent continuellement une croyance collective en une force qu’il faut dompter au risque que celle-ci inquiète le monde social organisé. Cette force suscite la fascination à la fois terrifiante et irrésistible. La créature de Frankenstein, allégorie de la force technique et magique exprime en plein l’inquiétante fascination de l’homme face à ce qu’il crée. Le monstre zootechnique, la “vache à hublot” est cette image technomagique renouvelée, actualisée des mystères du progrès.

    La nuit

    Selon la mythologie nordique, la fin des temps viendra quand Fenrir détruira le soleil. Nos civilisations redoutent la fin de leurs lumières : chaque nuit est une menace d’éternité, disait Bachelard. Mais elles prospèrent aussi en elles. Tout « entre chien et loup » est un refuge pour les espèces sauvages, les barbares et les anomiques. Un moment de grandes permissions, de dépenses, d’excès et de licences de vivre. La nuit sait accueillir. Sociologues, anthropologues, écrivains, photographes, illustrateurs, peintres, clubbers, poètes, couche-tards, dormeurs, rêveurs, graffeurs, cataphiles, midnight snackers, somnambules, portes-lanternes ajoutent leur encre aux pages encore blanches du 10e numéro des Cahiers européens de l’imaginaire. Levez vos couvre-feu !