.gc-sentinel { position: relative; -moz-border-radius: 2px; border-radius: 2px; margin:50px; position: relative; background:#f9f9f9; font-family:"HelveticaNeue", helvetica, arial, "Lucida Grande", Geneva, Verdana, sans-serif; -webkit-box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); -moz-box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); display: table; } .gc-sentinel:after { position:absolute; top:10px; right:10px; content:"×"; color:rgba(0, 0, 0, 0.2); cursor:pointer; } .gc-sentinel:after:hover { color:rgba(0, 0, 0, 1); } .gc-sentinel dfn { border-bottom:1px dotted #999999; font-style:normal; } .gc-sentinel dfn:hover { color:#FFFFFF; } /* Flag */ .gc-sentinel-flag { width:60px; height:140px; display: table-cell; margin:0 40px 0 0; background:#000; padding:10px; color:#fff; text-align:center; position:relative; } .gc-sentinel-flag:before{ position:absolute; top:50%; left:50%; color:#fff; width:50px; height:50px; background:rgba(0, 0, 0, 0.2); margin:-25px 0 0 -25px; border-radius:50%; font-size:30px; line-height:50px; font-weight:bold; } /* Colours */ .gc-sentinel-flag.ok { background:#01B255; color:#01B255; } .gc-sentinel-flag.debug { background:#1B44B2; color:#1B44B2; } .gc-sentinel-flag.notice { background:#FFD059; color:#FFD059; } .gc-sentinel-flag.warning, .gc-sentinel-flag.strict { color:#FFD500; } .gc-sentinel-flag.parse { background:#FFD059; color:#FFD059; } .gc-sentinel-flag.parse:after { content:"?" } .gc-sentinel-flag.error { background:#FF1A02; color:#FF1A02; } .gc-sentinel-flag.error:after { content:"!" } /* Lines */ .gc-sentinel-title { font-size:16px; padding:30px 30px 10px 30px; font-weight:bold; } .gc-sentinel-descr { padding:0 30px 30px 30px; font-size:12px; white-space:pre-wrap; margin:0; } .gc-sentinel-descr pre { white-space:pre-wrap; color:#999; margin: 10px 0 0 0px; padding: 5px 0 5px 10px; border-left:1px solid #ccc }
Notice
  • What went wrong : Undefined variable: withdate
  • file : /home/ceaqsorb/lescahiers/www/cei/content/people/people.html.php
  • line : 5
  • ">
    Moisés de Lemos Martins est Professeur de science de la communication à l’Université do Minho, Braga, Portugal, membre du Centro de Estudos Comunicação e Sociedade (CECS) où il dirige le groupe de recherche «Linguagem e Interacção Social» (Langage et Interaction Sociale) et président de l’Institut des Sciences Sociales de la même université. Il est le directeur des revues scientifiques Comunicação e Sociedade et Anuário Internacional de Comunicação Lusófona, et préside à l’Association Portugaise des Sciences de la Communication (SOPCOM). Il est également l'auteur de divers livres, de nombreux chapitres et articles scientifiques.

    Moisés a publié dans Les Cahiers

    • cei3_moisesdelemosmartins

      Technologie et rêve d'humanité

      Le réel nous procure un sentiment de mélancolie lorsqu’il nous manque ou lorsqu’il nous laisse en porte-à-faux. Mais, s’il est vrai que, avec Hegel, la chouette de Minerve ne s’envolait qu’au crépuscule, aujourd’hui cette sagesse est teintée de la mélancolie du mythe. Voici la porte du château qu’il faut bien ouvrir afin que nous puissions comprendre la culture contemporaine et pour que nous puissions nous comprendre nous-mêmes.

    • cei1_moisesdelemosmartins

      Ce que peuvent les images. Trajet de l’un au multiple

      La parole est, par excellence, le grand mythe de la civilisation occidentale. Mais, depuis plus d’un siècle, la civilisation occidentale s’est déplacée de la parole vers l’image. Avec la photographie, vers la première moitié du XIXe siècle, jusqu’aux réseaux cybernétiques et aux ambiances virtuelles, en passant par l’image du cinéma et de la télévision, l’image a pris le chemin de la séparation de la parole et est devenue autotélique. Le royaume de l’image technologique, n’est pas analogique, n’intègre pas le régime de la représentation, qui nous mène à l’autre, il s’oppose plutôt à la mimesis et à la correspondance. Le monde de l’image technologique est aujourd’hui numérique, non plus analogique. Quelles sont les conséquences de cette réalité pour nos cultures et pour nos écrans ?

    La nuit

    Selon la mythologie nordique, la fin des temps viendra quand Fenrir détruira le soleil. Nos civilisations redoutent la fin de leurs lumières : chaque nuit est une menace d’éternité, disait Bachelard. Mais elles prospèrent aussi en elles. Tout « entre chien et loup » est un refuge pour les espèces sauvages, les barbares et les anomiques. Un moment de grandes permissions, de dépenses, d’excès et de licences de vivre. La nuit sait accueillir. Sociologues, anthropologues, écrivains, photographes, illustrateurs, peintres, clubbers, poètes, couche-tards, dormeurs, rêveurs, graffeurs, cataphiles, midnight snackers, somnambules, portes-lanternes ajoutent leur encre aux pages encore blanches du 10e numéro des Cahiers européens de l’imaginaire. Levez vos couvre-feu !