.gc-sentinel { position: relative; -moz-border-radius: 2px; border-radius: 2px; margin:50px; position: relative; background:#f9f9f9; font-family:"HelveticaNeue", helvetica, arial, "Lucida Grande", Geneva, Verdana, sans-serif; -webkit-box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); -moz-box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); display: table; } .gc-sentinel:after { position:absolute; top:10px; right:10px; content:"×"; color:rgba(0, 0, 0, 0.2); cursor:pointer; } .gc-sentinel:after:hover { color:rgba(0, 0, 0, 1); } .gc-sentinel dfn { border-bottom:1px dotted #999999; font-style:normal; } .gc-sentinel dfn:hover { color:#FFFFFF; } /* Flag */ .gc-sentinel-flag { width:60px; height:140px; display: table-cell; margin:0 40px 0 0; background:#000; padding:10px; color:#fff; text-align:center; position:relative; } .gc-sentinel-flag:before{ position:absolute; top:50%; left:50%; color:#fff; width:50px; height:50px; background:rgba(0, 0, 0, 0.2); margin:-25px 0 0 -25px; border-radius:50%; font-size:30px; line-height:50px; font-weight:bold; } /* Colours */ .gc-sentinel-flag.ok { background:#01B255; color:#01B255; } .gc-sentinel-flag.debug { background:#1B44B2; color:#1B44B2; } .gc-sentinel-flag.notice { background:#FFD059; color:#FFD059; } .gc-sentinel-flag.warning, .gc-sentinel-flag.strict { color:#FFD500; } .gc-sentinel-flag.parse { background:#FFD059; color:#FFD059; } .gc-sentinel-flag.parse:after { content:"?" } .gc-sentinel-flag.error { background:#FF1A02; color:#FF1A02; } .gc-sentinel-flag.error:after { content:"!" } /* Lines */ .gc-sentinel-title { font-size:16px; padding:30px 30px 10px 30px; font-weight:bold; } .gc-sentinel-descr { padding:0 30px 30px 30px; font-size:12px; white-space:pre-wrap; margin:0; } .gc-sentinel-descr pre { white-space:pre-wrap; color:#999; margin: 10px 0 0 0px; padding: 5px 0 5px 10px; border-left:1px solid #ccc }
Notice
  • What went wrong : Undefined variable: withdate
  • file : /home/ceaqsorb/lescahiers/www/cei/content/people/people.html.php
  • line : 5
  • ">
    Panagiotis Christias, docteur en Sociologie de l’Université Paris Descartes Sorbonne, est professeur assistant d’histoire des idées à l’Université de Chypre et chercheur au Centre d’études sur l’actuel et le quotidien. Il a publié Littérature et société entre anciens et modernes (Paris 2007).

    Panagiotis a publié dans Les Cahiers

    • cei4_panagiotischristias

      Éros tyran et éros libre entre mythe et philosophie

      Selon Socrate, les dieux n’envoient pas le délire érotique à l’amant et à l’aimé pour leur nuire, mais pour leur plus grand bien. La raison pour laquelle ceux qui blâment éros se trompent est qu’ils n’ont pas compris ce qu’est le délire érotique de l’âme, car ils ignorent la vraie nature de l’âme. Cette nature, Socrate prétend l’exposer à l’aide du mythe de l’attelage ailé : l’âme est “une puissance dans laquelle sont naturellement réunis un attelage et un cocher, soutenus par des ailes”.

    • cei1_panagiotischristias

      Rage de vivre et exultation d'être

      Que nous dit aujourd'hui la poésie de Cavafy ? Nous sommes comme lui hommes d'une société qui a préféré oublier la morsure de l'humaine condition plutôt que d'y trouver de l'exaltation et de la volupté. Renoncer à l'ennui confortable pour l'inquiétude féconde, faire l'expérience de l'échec et de la tristesse, transformés en triomphe, conduisent à cette joie fugace qui donne forme à la poésie et à la philosophie. A travers la métaphore érotique, Cavafy nous livre ainsi trois séquences d'une civilisation née de la rage de vivre barbare, grandie dans l'exaltation d'être et vouée à l'effondrement d'une morale phantasmatique.

    La nuit

    Selon la mythologie nordique, la fin des temps viendra quand Fenrir détruira le soleil. Nos civilisations redoutent la fin de leurs lumières : chaque nuit est une menace d’éternité, disait Bachelard. Mais elles prospèrent aussi en elles. Tout « entre chien et loup » est un refuge pour les espèces sauvages, les barbares et les anomiques. Un moment de grandes permissions, de dépenses, d’excès et de licences de vivre. La nuit sait accueillir. Sociologues, anthropologues, écrivains, photographes, illustrateurs, peintres, clubbers, poètes, couche-tards, dormeurs, rêveurs, graffeurs, cataphiles, midnight snackers, somnambules, portes-lanternes ajoutent leur encre aux pages encore blanches du 10e numéro des Cahiers européens de l’imaginaire. Levez vos couvre-feu !