.gc-sentinel { position: relative; -moz-border-radius: 2px; border-radius: 2px; margin:50px; position: relative; background:#f9f9f9; font-family:"HelveticaNeue", helvetica, arial, "Lucida Grande", Geneva, Verdana, sans-serif; -webkit-box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); -moz-box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); display: table; } .gc-sentinel:after { position:absolute; top:10px; right:10px; content:"×"; color:rgba(0, 0, 0, 0.2); cursor:pointer; } .gc-sentinel:after:hover { color:rgba(0, 0, 0, 1); } .gc-sentinel dfn { border-bottom:1px dotted #999999; font-style:normal; } .gc-sentinel dfn:hover { color:#FFFFFF; } /* Flag */ .gc-sentinel-flag { width:60px; height:140px; display: table-cell; margin:0 40px 0 0; background:#000; padding:10px; color:#fff; text-align:center; position:relative; } .gc-sentinel-flag:before{ position:absolute; top:50%; left:50%; color:#fff; width:50px; height:50px; background:rgba(0, 0, 0, 0.2); margin:-25px 0 0 -25px; border-radius:50%; font-size:30px; line-height:50px; font-weight:bold; } /* Colours */ .gc-sentinel-flag.ok { background:#01B255; color:#01B255; } .gc-sentinel-flag.debug { background:#1B44B2; color:#1B44B2; } .gc-sentinel-flag.notice { background:#FFD059; color:#FFD059; } .gc-sentinel-flag.warning, .gc-sentinel-flag.strict { color:#FFD500; } .gc-sentinel-flag.parse { background:#FFD059; color:#FFD059; } .gc-sentinel-flag.parse:after { content:"?" } .gc-sentinel-flag.error { background:#FF1A02; color:#FF1A02; } .gc-sentinel-flag.error:after { content:"!" } /* Lines */ .gc-sentinel-title { font-size:16px; padding:30px 30px 10px 30px; font-weight:bold; } .gc-sentinel-descr { padding:0 30px 30px 30px; font-size:12px; white-space:pre-wrap; margin:0; } .gc-sentinel-descr pre { white-space:pre-wrap; color:#999; margin: 10px 0 0 0px; padding: 5px 0 5px 10px; border-left:1px solid #ccc }
Notice
  • What went wrong : Undefined variable: withdate
  • file : /home/ceaqsorb/lescahiers/www/cei/content/people/people.html.php
  • line : 5
  • ">
    Patrick Tacussel, professeur de sociologie à l’Université Paul Valéry Montpellier III et directeur de l’IRSA (Institut de Recherche Sociologiques et Anthropologiques), est un des promoteurs de la sociologie de l’imaginaire. Il est l’auteur de L’Attraction Sociale. La dynamique de l’Imaginaire dans la société monocéphale (1984), Charles Fourier, Le Jeu des Passions, Actualité d’une pensée utopique (2000), L’imaginaire radical (2007).

    Patrick a publié dans Les Cahiers

    • cei7_patricktacussel

      Variations sur le baroque

      S’ il était possible, pour comprendre les diverses orientations de notre monde contemporain, de faire correspondre un style artistique et un style social, nous choisirions le baroque, à la fois comme clé de lecture et instrument actif des plis particuliers que prennent les tissus de nos existences. L’esthétique baroque qui envahit nos vies illustre les renversements infra et méta sociétaux, laissant apparaître tant les doutes que les assurances d’un monde en mutation.

    • cei6_patricktacussel

      L'imagination conspirationniste

      Au tournant du xixe et du xxe, la figure de l’énigme et celle du complot sont devenues des
      tropes destinés à jouer un rôle de premier plan, à la fois dans le domaine de la fiction et dans
      celui de l’interprétation des évènements historiques et du fonctionnement des sociétés.

    • cei1_patricktacussel

      La barbarie cultivée

      La vérité profonde de l’homme est dans le vice, la civilisation n’a rien de décisif dans son essor. Le malaise qui résulte de cette situation est à chercher dans la transgression de la loi, non dans la loi et dans ses dispositions adaptées à la préservation des intérêts économiques. La distance entre Sade et Fourier est cruciale : elle porte sur les principes fondamentaux qui vont commander l’appréciation de la distinction entre nature et culture, appartenance traditionnelle ou arrachement culturel à la nature, dans les sciences sociales naissantes au cours du siècle de la modernité industrielle.

    La nuit

    Selon la mythologie nordique, la fin des temps viendra quand Fenrir détruira le soleil. Nos civilisations redoutent la fin de leurs lumières : chaque nuit est une menace d’éternité, disait Bachelard. Mais elles prospèrent aussi en elles. Tout « entre chien et loup » est un refuge pour les espèces sauvages, les barbares et les anomiques. Un moment de grandes permissions, de dépenses, d’excès et de licences de vivre. La nuit sait accueillir. Sociologues, anthropologues, écrivains, photographes, illustrateurs, peintres, clubbers, poètes, couche-tards, dormeurs, rêveurs, graffeurs, cataphiles, midnight snackers, somnambules, portes-lanternes ajoutent leur encre aux pages encore blanches du 10e numéro des Cahiers européens de l’imaginaire. Levez vos couvre-feu !