.gc-sentinel { position: relative; -moz-border-radius: 2px; border-radius: 2px; margin:50px; position: relative; background:#f9f9f9; font-family:"HelveticaNeue", helvetica, arial, "Lucida Grande", Geneva, Verdana, sans-serif; -webkit-box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); -moz-box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); display: table; } .gc-sentinel:after { position:absolute; top:10px; right:10px; content:"×"; color:rgba(0, 0, 0, 0.2); cursor:pointer; } .gc-sentinel:after:hover { color:rgba(0, 0, 0, 1); } .gc-sentinel dfn { border-bottom:1px dotted #999999; font-style:normal; } .gc-sentinel dfn:hover { color:#FFFFFF; } /* Flag */ .gc-sentinel-flag { width:60px; height:140px; display: table-cell; margin:0 40px 0 0; background:#000; padding:10px; color:#fff; text-align:center; position:relative; } .gc-sentinel-flag:before{ position:absolute; top:50%; left:50%; color:#fff; width:50px; height:50px; background:rgba(0, 0, 0, 0.2); margin:-25px 0 0 -25px; border-radius:50%; font-size:30px; line-height:50px; font-weight:bold; } /* Colours */ .gc-sentinel-flag.ok { background:#01B255; color:#01B255; } .gc-sentinel-flag.debug { background:#1B44B2; color:#1B44B2; } .gc-sentinel-flag.notice { background:#FFD059; color:#FFD059; } .gc-sentinel-flag.warning, .gc-sentinel-flag.strict { color:#FFD500; } .gc-sentinel-flag.parse { background:#FFD059; color:#FFD059; } .gc-sentinel-flag.parse:after { content:"?" } .gc-sentinel-flag.error { background:#FF1A02; color:#FF1A02; } .gc-sentinel-flag.error:after { content:"!" } /* Lines */ .gc-sentinel-title { font-size:16px; padding:30px 30px 10px 30px; font-weight:bold; } .gc-sentinel-descr { padding:0 30px 30px 30px; font-size:12px; white-space:pre-wrap; margin:0; } .gc-sentinel-descr pre { white-space:pre-wrap; color:#999; margin: 10px 0 0 0px; padding: 5px 0 5px 10px; border-left:1px solid #ccc }
Notice
  • What went wrong : Undefined variable: withdate
  • file : /home/ceaqsorb/lescahiers/www/cei/content/people/people.html.php
  • line : 5
  • ">
    Philippe Franceschi est né en 1980. Il partage son temps entre Huginn & Muninn, maison d’édition consacrée à la culture pop et aux arts graphiques, et les étudiants auxquels il donne des cours de lettres et de philosophie.

    Philippe a publié dans Les Cahiers

    • cei6_philippefranceschi

      La folie de Tristan

      Le vrai est toujours le jouet de son envers. La littérature
      médiévale l’a bien compris, comme le prouve “La Folie
      Tristan”, variante décapante de “Tristan et Yseut”.
      Dans cette version “folle”, Tristan, le preux chevalier,
      couvre son authenticité d’un masque de carnaval.

    • cei5_philippefranceschi

      La grande beuverie des Goliards

      En approfondissant les notions de jeu, d’extase, de
      prière et de connaissance, les Goliards pratiquent
      un art poétique où flux de ventre et chansons à boire
      rythment le mouvement de la vie. C’est au fond de la
      taverne, dans le charivari des forces du désordre, que
      se dévoile le fonctionnement de leur étrange cuisine

    • cei4_philippefranceschi-sade

      Sade mon amour

      A-t-on idée de mettre l’amour et Sade dans la même phrase ? Pourtant, l’imagination amoureuse est au coeur de l’œuvre du marquis. Elle est au coeur de son personnage préféré : Juliette, soeur vicieuse et prospère de la malheureuse Justine. Juliette détient un secret qui la délivre des pièges du libertinage. C’est un secret aux répercussions formidables, un jeu sans passé ni présent ni futur, une recette physiologique et mentale, au cours de laquelle l’imagination, libérée de l’objet et mue par la sensation, atteint une liberté sans pareille.

    • cei3_aurelienfouillet-philippefranceschi-alexendreprouveze

      Mythos ex machina, où il est question de Prométhée, Faust et Frankenstein

      “Votre électricité est plus forte que ma volonté, docteur !”, John Doe. L'homme n3est pas auto-suffisant, il lui faut puiser des ressources d'énergie dans le monde environnant et imaginer dans leur ensemble les mouvements d'expansion explosive à la surface du globe. Le mythe est l'hôte de cette imagination. C3est un puissant courant magnétique qui passe à travers le corps et qui restitue aux cellules leurs charges électriques. Dès lors, l'exploration mythique se confond à celle du monde. De quoi sentir que la réalité extérieure l'est beaucoup moins qu3il n3y paraît : séries de figures symboliques inachevées, métaphores incomplètes, Prométhée, Faust, Batman et Frankenstein sont des panoplies du cerveau humain, des puzzles dont la forme varie en fonction de nos désirs. Assemblons-les.

    La nuit

    Selon la mythologie nordique, la fin des temps viendra quand Fenrir détruira le soleil. Nos civilisations redoutent la fin de leurs lumières : chaque nuit est une menace d’éternité, disait Bachelard. Mais elles prospèrent aussi en elles. Tout « entre chien et loup » est un refuge pour les espèces sauvages, les barbares et les anomiques. Un moment de grandes permissions, de dépenses, d’excès et de licences de vivre. La nuit sait accueillir. Sociologues, anthropologues, écrivains, photographes, illustrateurs, peintres, clubbers, poètes, couche-tards, dormeurs, rêveurs, graffeurs, cataphiles, midnight snackers, somnambules, portes-lanternes ajoutent leur encre aux pages encore blanches du 10e numéro des Cahiers européens de l’imaginaire. Levez vos couvre-feu !