.gc-sentinel { position: relative; -moz-border-radius: 2px; border-radius: 2px; margin:50px; position: relative; background:#f9f9f9; font-family:"HelveticaNeue", helvetica, arial, "Lucida Grande", Geneva, Verdana, sans-serif; -webkit-box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); -moz-box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); box-shadow: 0px 1px 1px 0px rgba(50, 50, 50, 0.4); display: table; } .gc-sentinel:after { position:absolute; top:10px; right:10px; content:"×"; color:rgba(0, 0, 0, 0.2); cursor:pointer; } .gc-sentinel:after:hover { color:rgba(0, 0, 0, 1); } .gc-sentinel dfn { border-bottom:1px dotted #999999; font-style:normal; } .gc-sentinel dfn:hover { color:#FFFFFF; } /* Flag */ .gc-sentinel-flag { width:60px; height:140px; display: table-cell; margin:0 40px 0 0; background:#000; padding:10px; color:#fff; text-align:center; position:relative; } .gc-sentinel-flag:before{ position:absolute; top:50%; left:50%; color:#fff; width:50px; height:50px; background:rgba(0, 0, 0, 0.2); margin:-25px 0 0 -25px; border-radius:50%; font-size:30px; line-height:50px; font-weight:bold; } /* Colours */ .gc-sentinel-flag.ok { background:#01B255; color:#01B255; } .gc-sentinel-flag.debug { background:#1B44B2; color:#1B44B2; } .gc-sentinel-flag.notice { background:#FFD059; color:#FFD059; } .gc-sentinel-flag.warning, .gc-sentinel-flag.strict { color:#FFD500; } .gc-sentinel-flag.parse { background:#FFD059; color:#FFD059; } .gc-sentinel-flag.parse:after { content:"?" } .gc-sentinel-flag.error { background:#FF1A02; color:#FF1A02; } .gc-sentinel-flag.error:after { content:"!" } /* Lines */ .gc-sentinel-title { font-size:16px; padding:30px 30px 10px 30px; font-weight:bold; } .gc-sentinel-descr { padding:0 30px 30px 30px; font-size:12px; white-space:pre-wrap; margin:0; } .gc-sentinel-descr pre { white-space:pre-wrap; color:#999; margin: 10px 0 0 0px; padding: 5px 0 5px 10px; border-left:1px solid #ccc }
Notice
  • What went wrong : Undefined variable: withdate
  • file : /home/ceaqsorb/lescahiers/www/cei/content/people/people.html.php
  • line : 5
  • ">
    Stefano Cristante est Professeur de Sociologie de la communication à l’Université de Lecce, où il dirige l’Observatoire de la communication politique depuis 2005. Il a aussi enseigné à l’Université de Rome La Sapienza et à l’Université de Padoue. Il a publié: “Potere e comunicazione” (1999), “Azzardo e conflitto” (2001) et “Media Philosophy” (2005).

    Stefano a publié dans Les Cahiers

    • cei3_stefanocristante

      Le mystique du réseau

      Dans un entretien avec Marshall McLuhan, Eric Norden l'interroge : “Vous parlez de télépathie globale ?”. Le penseur canadien répond : “Exactement”. Ce savant et mystique de la culture électrique développe l’idée du prolongement de l'être humain par la technologie, depuis l'invention des mots jusqu'à celle de l'ordinateur. Ainsi, nous serions dans une ère extrêmement religieuse.

    • cei2_stefanocristante

      Ce qui reste de l’opinion publique

      Jadis, les opinions étaient indispensables. Leur enjeu n’était pas des moindres puisqu’elles envisageaient de changer les bases du monde social, soit en se révoltant contre la domination étrangère, soit en assaillant les symboles de la tyrannie.
      Durant près de deux siècles, les intellectuels de la Galaxie Gutenberg ont tenté de participer à ce travail immatériel mais pour le moins bien réel qu’est la production d’opinions. Comment ce pilier de nos sociétés est aujourd’hui modifié, à l’époque de la sphère publique personnelle ?

    • cei1_stefanocristante

      L'impolitesse

      L’impolitesse renvoie aux petites barbaries de la vie quotidienne. Comment ces attitudes grossières ont-elles évolué au cours du temps ? L’ensemble des nouvelles impolitesses occupe le front relationnel public-privé. Il est extrêmement compliqué de vivre de nos jours selon Un Galateo et de pratiquer les bonnes manières : puisque celles-ci sont remises en cause par la confusion entre espace public et espace privé, par les nouvelles complications de la globalisation culturelle, ainsi que par l’extension de nouvelles priorités médiatiques du langage et des contenus.

    La nuit

    Selon la mythologie nordique, la fin des temps viendra quand Fenrir détruira le soleil. Nos civilisations redoutent la fin de leurs lumières : chaque nuit est une menace d’éternité, disait Bachelard. Mais elles prospèrent aussi en elles. Tout « entre chien et loup » est un refuge pour les espèces sauvages, les barbares et les anomiques. Un moment de grandes permissions, de dépenses, d’excès et de licences de vivre. La nuit sait accueillir. Sociologues, anthropologues, écrivains, photographes, illustrateurs, peintres, clubbers, poètes, couche-tards, dormeurs, rêveurs, graffeurs, cataphiles, midnight snackers, somnambules, portes-lanternes ajoutent leur encre aux pages encore blanches du 10e numéro des Cahiers européens de l’imaginaire. Levez vos couvre-feu !